Catégorie

L’utilisation des levés Lidar pour l ‘étude des mouvements de terrain

Autour de nous | Affiché 565 fois | Publié il y a 10 années


L'utilisation des levés Lidar pour l'étude des mouvements de terrain

Conférencier : Michel Jaboyedoff, Université de Lausanne
Lieu : Local 4118 du Pavillon Pouliot Université Laval
Date : le mercredi 29 août 2012
Heure : 16h00

Ces quinze dernières années la puissance des ordinateurs et le développement des méthodes de télédétection laser tel que le Lidar ont permis d’imager de façon toujours plus précise la surface de la terre. Dans le même temps la réduction des coûts d’acquisition et de traitement des modèles numériques de terrain (MNT) haute résolution, en font un document incontournable dans l’étude des mouvements de versant.

Les applications les plus courantes sont celles de la cartographie des mouvements de versant sur la base de levés Lidar aériens ou des levés structuraux sur la base de données Lidar terrestre. Ces analyses permettent aussi de caractériser la géométrie des instabilités ainsi que d’extraire certains paramètres géomécaniques (ex. rugosité des surface de glissement rocheux) qui peuvent servir de base à la modélisation. Dans le cas des débris-flow, les données Lidar fournissent des informations sur la dynamique du transport de sédiments. L’ensemble de ces données sont des apports à la qualification des aléas.

La surveillance de mouvements de versant tant par l’observation des déformations à différentes époques est opérationnelle dans certaines mines, mais est encore en développement pour les autres contextes. L’intégration de données de surface en 3D permet de prévoir où, et cela dans un délai raisonnable, la rupture va se propager.

L’avènement du Lidar a ouvert de nombreuses perspectives qu’il reste à explorer. Il s’agit de développer des outils pouvant prendre en compte ces nouvelles données 3D cela va de l’analyse à la modélisation. Par exemple, l’impact de la résolution d’un MNT sur la modélisation de chutes de blocs n’est pas négligeable. Le couplage avec d’autres données, comme par exemple des données InSAR, permet une surveillance à haute résolution (mm) apportant de nombreux éléments pour la compréhension de la dynamique d’une instabilité.

La conférence tentera d’illustrer l’ensemble de ces points par de nombreux exemples.