Catégorie

Conférence de Kokou Adjallé le 14 février à 15h

Événements | Affiché 132 fois | Publié il y a 3 mois


Monsieur Kokou Adjallé, agent de recherche pour la chaire de recherche industrielle en environnement et biotechnologie et chargé de cours à UQTR (bio ci-dessous) présentera une conférence le jeudi 14 février 2019 à 15 h, à la salle 2422 du Centre Eau Terre Environnement de l'INRS.

Sa conférence s'intitule Production industrielle du bioéthanol à partir des biomasses lignocellulosiques : enjeux et défis (résumé ci-dessous)

Bienvenue à tous!

Résumé

La production de biocarburants à partir de la biomasse lignocellulosique (BLC) représente une alternative plus écologique aux énergies fossiles. Pour la production d’un biocarburant, telle que le bioéthanol, quatre étapes sont nécessaires (prétraitement – hydrolyse enzymatique – fermentation – distillation). L’objectif principal de production est l’hydrolyse complète des polysaccharides (essentiellement la cellulose) en monomères pour l’étape de fermentation. Bien que la BLC est prometteuse, ressource abondante et renouvelable, l’hydrolyse complète de ces polysaccharides est difficile à cause de la rigidité, la complexité et la récalcitrante de la structure lignine – glucide, d’où la nécessité d’un prétraitement. Plusieurs procédés de prétraitements (thermo-physico-chimiques) sont souvent appliqués pour améliorer le rendement d’hydrolyse. Cependant, force est de constater que la production du bioéthanol à partir de la BLC tarde à percer le marché. Il est effectivement difficile de rentabiliser toute la chaîne de procédés. Toutefois, de nouvelles approches et procédés se développent pour réduire les coûts. Au Québec, la nouvelle politique énergétique fixe un objectif ambitieux d’augmenter la production des biocarburants de 50% à l’horizon 2030 et ce, à partir de matières premières ne rivalisant pas avec l’alimentation humaine et animale. Est-ce réalisable avec une part importante du bioéthanol? Quels sont les enjeux du moment et les défis à relever? Cette présentation apportera certaines approches de solutions et des résultats prometteurs.

Biographie

Physicien-chimiste de formation (baccalauréat à l’Université de Lomé au Togo), Kokou Adjallé a obtenu une maîtrise en sciences de l’environnement à l’Université de Liège en Belgique. Il a ensuite complété un doctorat en sciences de l’eau au Centre Eau Terre Environnement de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Québec en 2009. Il a effectué son stage postdoctoral au Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques (CRML) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) où il travaille actuellement comme agent de recherche pour la chaire de recherche industrielle en environnement et biotechnologie depuis 2011. Dr Adjallé est aussi chargé de cours à l’UQTR, chargé de projet chez Innofibre (un centre collégial de transfert technologique – CCTT à Trois-Rivières), professeur associé à l’université de Sherbrooke et conseiller scientifique pour la Ville de Victoriaville. Ses compétences et expertises de recherche portent sur les bioprocédés industriels et la chimie verte dans les domaines de la bioénergie et les biomatériaux. Plus précisément, les travaux de recherche du Dr Adjallé portent sur : (1) Bioraffinage et l’hydrolyse enzymatique de résidus lignocellulosiques; (2) Production des microalgues à des fins énergétiques et pour l’obtention de produits à valeur ajoutée; (3) Prétraitement des résidus cellulosiques de la collecte à 3 voies pour accroître leur potentiel de biométhanisation; (4) Production et formulation des biopesticides; (5) Développement des matériaux biosourcés (colles, résines et mousse d’isolation thermique) à base de lignine et de tanins. Ses travaux ont fait l’objet de plusieurs publications, divers partenariats nationaux et internationaux, et de nombreux prix.