Catégorie

Qui est responsable en cas de fraude scientifique?

Science | Affiché 140 fois | Publié il y a 5 mois | jean-daniel.bourgault@ete.inrs.ca


Une étude toute récente portant sur les inconduites scientifiques tend à démontrer que le premier auteur devrait être tenu pour responsable de l'intégrité de l'ensemble des travaux figurant dans un document de recherche.

Les deux chercheurs à l’origine de cette étude, Katrin Hussinger et Maikel Pellens, de la Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven), une université néerlandophone belge, signalent que, dans la majorité des cas examinés par le US Office of Research Integrity (ORI), les premiers auteurs étaient davantage susceptibles d'avoir commis une faute éthique que leurs co-auteurs, en particulier ceux se trouvant au milieu de la liste. Ils estiment donc que la responsabilité de garantir l'éthique scientifique devrait leur incomber.

Les fautes telles que fabrication de données ou manipulation d'images sont parfois difficiles à attribuer spécifiquement à une personne, surtout lorsque les travaux incluent de grandes quantités de chercheurs. Différentes écoles de pensée pateaugent joyeusement autour de la chose, allant d'un côté, à n'attribuer que la faute à un auteur que sur la partie dont il est spécifiquement responsable jusqu'à blâmer tout le monde qui participe à la publication fautive.

Il serait intéressant de voir comment Husinger et Pellens suggèrent de distribuer les blâmes dans le cas d’articles où les auteurs sont en ordre alphabétique, comme c’est souvent le cas dans certains domaines scientifiques.

--

Dans le même ordre d'idée, un billet publié dans Nature suggère que le fait que les Universités tendent fortement à vouloir éviter les scandales perpétue les risques de fraudes et d'inconduites car le secret encourage un sentiment d'impunité.

 --

Pour en savoir plus: Stoy E (22 may 2019) Study of misconduct suggests first author should be guarantor for a paper’s accuracy. Chemistry World.

L’article scientifique: Hussinger K & Pellens M (2019) Scientific misconduct and accountability in teams. Plos One 14(5). 10.1371/journal.pone.0215962

Le billet de Nature: Gunsalus CK (2 juin 2019) Make reports of research misconduct public. Nature. 570: 7.

 --

Merci à Peter Campbell pour la référence de l'article du Chemistry World.

Photo: Timusu, via Pixabay, licence CC0