Catégorie

Webinaire de l'INSPQ sur l'écoanxiété

Événements | Affiché 50 fois | Publié il y a 2 semaines


L'Institut national de santé publique du Québec nous invite à un webinaire qui abordera le thème de l’écoanxiété.

Nous réfléchirons à comment transformer la détresse en moteur d’action pour contrer la crise climatique? Cet événement s’adresse tant aux acteurs de la santé publique qu’à leurs partenaires. Il est le onzième webinaire de la série sur les changements climatiques et la santé, organisée par l’Institut national de santé publique du Québec. 

Vous trouverez ci-dessous une description plus détaillée de la présentation et la note biographique de la conférencière. 

Le webinaire se déroulera le jeudi 19 mai 2022 de 12 h à 13 h

S’inscrire au webinaire: https://us06web.zoom.us/webinar/register/WN_C0ijO1i5QBmudooLa4VJOw

Fermeture des inscriptions : 17 h la veille de l’événement. 

Cette série de webinaires est financée dans le cadre du Plan pour une économie verte du gouvernement du Québec. 

Résumé de la présentation 

La crise climatique actuelle est particulièrement complexe et génère une variété d’enjeux qui nécessitent des expertises diversifiées. Au nombre de ces enjeux se trouvent notamment les impacts psychosociaux de la crise climatique, dont l’écoanxiété. Bien que l’on entende de plus en plus parler de ce phénomène, il demeure largement inconnu et incompris. À travers ce webinaire, nous présenterons donc l’écoanxiété, sa prévalence au Québec, ses impacts, ses déterminants ainsi que les différentes stratégies pour y faire face et la manière dont elle contribue à l’engagement en matière d’environnement. 

Objectifs : 

Ce webinaire permettra aux participants de : 

  • Mieux comprendre l’écoanxiété 
  • Découvrir comment outiller les individus qui vivent de l’écoanxiété 
  • Mieux comprendre comment l’écoanxiété et l’engagement en matière d’environnement sont reliés. 

Notre conférencière : Maxime Boivin 

Chercheuse à l’INSPQ et professeure associée au Département d’information et de communication de l’Université Laval, Maxime Boivin détient un doctorat en communication publique, où elle s’est intéressée aux changements de comportements relatifs aux problématiques de santé publique. Elle travaille sur la réduction des impacts sociosanitaires des changements climatiques. Ses projets de recherche portent sur l’écoanxiété, le verdissement urbain et la communication des changements climatiques. Elle co-dirige le Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’écoanxiété et l’engagement citoyen.